[Africa Diligence] Lomé sort enfin de sa réserve pour promouvoir et affirmer sa diplomatie économique. Les autorités togolaises mettent en avant l’amélioration du climat des affaires pour attirer plus d’investissements directs étrangers. Elles s’appuient notamment sur la performance du Togo dans le dernier classement « Doing Business ».

Robert Dussey, Ministre des affaires étrangères, campagne depuis quelques jours auprès des milieux d’affaires. Il s’accompagne des opérateurs économiques, dans ses déplacements, avec l’ambition de vendre le potentiel économique du pays, une mission à laquelle Knowdys Consulting Group attend apporter son expertise, son expérience et son réseau.

« Tout ce que nous voulons, c’est du gagnant-gagnant parce que nous croyons que l’investissement direct étranger est fondamental pour soutenir l’économie togolaise », explique Robert Dussey à ses différents interlocuteurs internationaux.

À ce propos, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Togo, David Gilmour estime que le pays de Faure Gnassingbé a du potentiel pour soutenir sa croissance, et se développer. Pour transformer ce potentiel en opportunités d’affaire, il faut créer des conditions favorables pour le secteur privé. Car, rappelle M. Gilmour, l’initiative privée est la seule qui peut créer des emplois.

Parmi les atouts que le Togo met en avant dans sa campagne en cours, il y a un port en eau profonde, une nouvelle aérogare, des infrastructures routières aménagées, ainsi que l’assainissement de l’environnement des affaires. C’est sur ce dernier point qu’insiste Guy Gweth, président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) et Responsable de « Doing Business in Africa » à Centrale Paris : « Lomé doit démontrer aux opérateurs économiques qu’ils ont intérêt à investir au Togo parce que les conditions de sécurité, de rentabilité et de facilité à faire des affaires y sont présentes, malgré les efforts qu’il reste à faire. »

Des opérateurs économiques allemands, apparemment convaincus, accompagneront une délégation parlementaire annoncée pour le début du mois d’avril 2016. Christoph Sander, l’ambassadeur de l’Allemagne au Togo qui a donné l’information, rappelle opportunément l’importance de la coopération entre les entreprises du secteur économique de deux pays.

Le Togo est éligible au programme seuil de Millenium Challenge Corporation (MCC) du gouvernement américain, rappelle le diplomate David Gilmour. Du 20 février au 04 mars dernier, une délégation du MCC a d’ailleurs séjourné au Togo pour un état des lieux.

D’après une première évaluation, il ressort que le pays doit faire des efforts notamment au niveau de la politique fiscale, de la liberté d’information, de l’accès au crédit et à la propriété foncière, de l’accompagnement des startups et dans la lutte contre la corruption. Un vaste chantier que le Togo pourra mener à bien avec le soutien opérationnel du CAVIE.

La Rédaction (Avec Kayi Lawson et le CAVIE)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici