KCG crée une BU dédiée au Business Development en Afrique 2018 : Knowdys met à jour 21 études de marché sur l’Afrique Un master Management et Commerce International orienté Afrique Oser le MBA Intelligence économique & marchés africains

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

La prospérité de l’Afrique par l’Afrique pour l’Afrique

La prospérité de l’Afrique par l’Afrique pour l’Afrique

[Africa Diligence] Dans sa quête pour le développement, L’Afrique a noué des partenariats économiques avec l’occident.  Malheureusement, malgré ces échanges et des programmes d’aide, l’Afrique reste toujours un continent où la pauvreté trouve son nid. Face à l’échec de ses politiques, des voix s’élèvent, et militent en faveur d’une plus grande intégration africaine.

Le problème de l’Afrique n’est pas qu’elle n’échange pas assez avec le monde mais c’est plutôt que les échanges commerciaux intra africains sont trop faibles. La géographie économique de l’Afrique est encore très semblable à ce qu’elle était à l’époque coloniale: la richesse est concentrée dans des villes portuaires telles que Lagos ou Dar Es-Salaam. Les matières premières issues de ces pays sont exportées vers l’extérieur, vers l’Europe, ou, de plus en plus, vers l’Asie. L’arrière-pays rural – et les pays enclavés – restent désespérément pauvres.

Agonie de l’intégration africaine

Selon les chiffres de l’ONU, seulement un dixième des exportations des pays africains va vers le reste du continent. Le chiffre équivalent pour l’Union européenne est de 60%. En 2014, le Nigeria, deuxième économie du continent, importait davantage des Pays-Bas que du reste de l’Afrique. Il exportait plus vers la Suède que vers son voisin, le Cameroun. Le marché unique européen prévoit des règles unifiées, ce qui signifie que les entreprises n’ont qu’à adhérer à un ensemble de règles communes pour vendre à 500 millions de clients fortunés. En Amérique du Nord, par exemple, le NAFTA a créé un marché similaire pour les entreprises américaines, mexicaines et canadiennes. L’Afrique n’est cependant pas un grand marché intégré. Il y a 54 marchés minuscules, divisés par les contrôles aux frontières, les infrastructures médiocres, et pire encore, les différents systèmes de corruption et de favoritisme. Pour de nombreux pays africains, vendre en Europe ou en Amérique est plus facile que de vendre à leurs voisins.

La malédiction du pétrole

Malheureusement, ce genre de commerce porte principalement sur les ressources naturelles. Le Nigeria, par exemple, exporte principalement une chose, et une seule chose: le pétrole. Les emplois créés sont pour la plupart destinés aux expatriés, tandis que les devises étrangères profitent fortement aux super-riches qui les utilisent pour importer du luxe. Dans les années 1970, avant que le pétrole ne coule, le Nigeria avait une industrie textile florissante et était un exportateur agricole notable. Maintenant, il importe à la fois des vêtements et de la nourriture. Avec le prix du pétrole actuellement à la moitié de ce qu’il était en 2014, au Nigeria, les devises se font rares et le Naira est en chute libre !

Et le Nigeria n’est pas le seul à en souffrir. Tout un ensemble de producteurs de pétrole et de minerais en Afrique occidentale et centrale – de l’énorme Angola au minuscule Gabon – sont en déclin. Selon la Banque mondiale, en 2016, à cause de la chute des prix des produits de base, la croissance du PIB en Afrique subsaharienne est tombée à seulement 1,6%. C’est le taux le plus bas depuis le milieu des années 1990, quand une grande partie de l’Afrique était embourbée dans la guerre. Il est également inférieur au taux de croissance démographique, ce qui signifie que les Africains pourraient redevenir pauvres si la tendance se poursuit.

La force des pays pauvres sans matières premières

Finalement, les pays africains qui se portent le mieux sont ceux qui ne vendent pas de ressources naturelles. Le Kenya, malgré une corruption rampante, continue de croître rapidement, en partie grâce à la baisse des coûts d’importation du pétrole ; tout comme la Tanzanie et le Rwanda (bien que tous deux dépendent fortement de l’aide). Dans ces pays, sur papier beaucoup plus pauvres que leurs homologues maudits, les gens s’enrichissent visiblement: ils achètent des panneaux solaires, des motos et des smartphones. Selon le World Factbook de la CIA, bien que le PIB par habitant du Kenya soit la moitié de celui du Nigeria, son taux de pauvreté est inférieur de 25 points de pourcentage. Ce n’est certainement pas une coïncidence si ce sont aussi les économies les plus intégrées. Les plus grandes exportations du Kenya sont les fleurs coupées, le café et le thé, qui vont encore principalement vers l’Europe. Mais la croissance la plus rapide a été enregistrée dans les exportations vers le reste de l’Afrique, qui représentent maintenant 45% du total. C’est en partie grâce au travail de la Communauté de l’Afrique de l’Est qui, depuis 2010, s’oriente vers un véritable marché unique à l’intérieur de ses frontières. Mais les agences d’aide occidentales ont aussi aidé en finançant des groupes tels que Trademark East Africa qui identifient les goulots d’étranglement et essayent de les desserrer.
Le problème est qu’en dehors de l’Afrique de l’Est, nombre de ministres des Finances africains n’ont d’autre stratégie que d’attendre une nouvelle augmentation du prix des matières premières. Le gouvernement du Nigeria a tout essayé au cours de l’année écoulée pour éviter d’admettre que le pétrole n’a plus la même valeur sur la scène internationale: interdictions d’importations ; contrôles de devises ; règles bancaires bizarres. En revanche, il n’a rien fait qui puisse stimuler ses perspectives à long terme. Si les prix du pétrole remontent, l’économie reprendra certes de la vigueur et les importations recommenceront à flotter, comme dans une douzaine d’autres pays. Mais si l’Afrique veut une croissance réelle, ses économies doivent commencer à travailler davantage ensemble et se diversifier.

La Rédaction (avec Daniel Knowles)

___________

Dans le même ordre d’idées, lire :

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire