[Africa Diligence] Les marchés africains font l’objet d’un intérêt croissant des investisseurs venus des quatre coins du globe. Et, ce n’est pas l’Algérie qui nous démentira, lui donc les hommes d’affaires s’apprêtent à inonder les étals des magasins africains par leurs produits.

Saga africa, attention… l’Algérie arrive! En effet, le «Made in bladi» s’apprête à conquérir le continent noir! Doucement, mais sûrement, les hommes d’affaires algériens sont en train de s’implanter dans les pays africains. À l’exemple de Mohamed Baïri, dont le groupe automobile Ival, va prochainement ouvrir un showroom au Mali.

En effet, Ival Industrie qui réalise le montage de véhicules industriels à Ouled Haddadj dans la wilaya de Boumerdès, en attendant les véhicules de tourisme, va signer ce matin un mémorandum d’entente portant sur la création d’une représentation et d’un showroom Ival à Bamako. Ce n’est pas un hasard si Mohamed Baïri et les grosses pointures du Forum des chefs d’entreprise ont effectué, le mois dernier, une tournée africaine. «Nous avons rencontré les hommes d’affaires de plusieurs pays africains, mais aussi les hauts responsables politiques de ces pays», a fait savoir le président du FCE, Ali Haddad, en évoquant leur périple africain. «Nous avons tracé avec eux les grandes lignes de ce que seront les futures exportations algériennes, selon les besoins de chaque pays», a-t-il assuré en promettant de voir bientôt les produits algériens à travers les quatre coins de l’Afrique.

Qualité et surtout prix compétitif

D’ailleurs, avant Baïri d’autres entreprises algériennes ont réussi à se faire une place sous le beau soleil africain.

Le groupe Benhamadi a mis en place une plate-forme d’exportation vers l’Afrique. Le géant algérien de l’électroménager est jusque-là implanté dans cinq pays africains. Il s’agit de la Mauritanie, du Sénégal, de la Tunisie, du Congo et du Bénin.

L’entreprise Iris est l’un des pionniers en la matière. Cette entreprise qui exporte déjà ses produits en Espagne et bientôt aux USA est bien présente en Afrique depuis plusieurs années déjà. La Mauritanie, le Bénin, le Maroc, la Tunisie… font déjà partie du giron de cette entreprise qui s’est même diversifiée en fabriquant des pneumatiques destinés à…l’Afrique. Boamare Company, lui, exporte ses produits électroniques vers le Sénégal et l’Afrique du Sud, après avoir conquis l’Italie depuis quelques années déjà!

Ce n’est que le début…

L’industrie agroalimentaire algérienne, qui a atteint un niveau des plus considérables, a commencé son expansion africaine depuis plusieurs années. Il y a bien évidemment le groupe NCA, leader algérien des jus de fruits, qui est présent depuis plusieurs années dans de nombreux pays africains. Tout comme le groupe Amor Benamor, dont les produits ont envahi les étals des magasins africains.

De même pour ceux du groupe spécialisé dans la fabrication de dérivés de Coton, Fadreco, dont les torchons en papier et autres essuie-tout sont les produits-phares de beaucoup de pays africains tels que la Tunisie, la Lybie, le Togo le Bénin, ou encore le Ghana. Les détergents ont aussi la cote, à l’instar de l’entreprise Univers Détergent qui avec ses produits Aigle est arrivée à exporter vers le Maghreb et l’Afrique. Le groupe algéro-turc, Hayat Algérie, a aussi placé ses détergents Test en Afrique au même titre que ses couches bébés, Molfix, Molped, Bebem, qui sont vendues en Afrique depuis déjà 2012. Que dire alors du groupe Soumam qui avait remporté en 2013 le trophée de Meilleur exportateur national, alors qu’il n’exportait que pour un seul pays la Libye et un seul groupe de produit le yoghourt. Il avait réussi à exporter pour 3,8 millions USD.

La Société des Pâtes industrielles (Sopi) a, elle, commencé à exporter en Afrique, bien avant, dès 2009. Sa présence est remarquée au niveau des 17 pays de la Cédéao. La marque est d’ailleurs déposée et enregistrée dans ces 17 pays africains. Le ciment, dont la production est arrivée à saturation en Algérie, est également un produit qui s’exporte bien. Le groupe Gica et son concurrent LafargeHolcim ont effectué plusieurs opérations d’exploration vers l’Afrique. Kamel Moula a lui «parfumé» l’Afrique. Son entreprise de produits cosmétiques, les laboratoires Vénus, s’est implantée dans plusieurs pays de notre continent. Ce ne sont là que de petits exemples d’une dynamique qui est en train de prendre forme. Beaucoup d’autres produits «Made in bladi» ont aussi pris l’accent africain. De bon augure pour l’avenir du pays…

La Rédaction (avec Walid Aït Saïd)

Dans le même ordre d’idées, lire :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici