Macro view of the rows of gold bars

[Africa Diligence] Le Sénégal est devenu l’un des principaux pays producteurs d’or en Afrique de l’Ouest, avec, le Ghana, le Mali et le Burkina Faso. Ceci est le résultat du code minier adopté en 2003 et qui favorisait les investisseurs. Cette floraison du secteur lui fait pousser des ailes et ambitionne maintenant devenir l’un des pays africains leader dans l’ exportation de ce précieux métal.

Aïssatou Sophie Gladima, ministre sénégalaise des Mines et de la Géologie a indiqué que le Sénégal souhaite intégrer le top 7 des plus grands pays exportateurs d’or du continent noir d’ici à 2035.

Mme Gladima qui s’exprimait lors d’un atelier de validation de la revue annuelle conjointe de son ministère a informé à l’assistance que le pays prévoit de porter sa production aurifère annuelle de 7,25 tonnes en 2017, à 18 tonnes, d’ici à 2023.

« Pour ce faire, en plus des mines de Sabodala et de Kharakhéna, le projet d’exploitation du gisement d’or de Mako, dont les réserves sont estimées à 1,6 million d’onces pour une production annuelle de 140 000 onces par an, est entré en phase-test de production commerciale », a-t-elle expliqué.

Visant à devenir un « hub minier régional », Aïssatou Sophie Gladima renseigne que le Sénégal envisage également à revaloriser les secteurs du fer, du zircon et du phosphate.

Rappelant qu’en 2017, le Sénégal a produit 2,4 millions de tonnes de phosphate, son principal produit minier, et veut devenir 4ème producteur mondial de zircon, à l’horizon 2023, avec un rendement annuel de 90 000 tonnes.

La Rédaction (avec Moctar Ficou)

_________________

Dans le même ordre d’idées, lire :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici