[Africa Diligence] Les analystes évaluent le marché africain à 1 150 avions neufs d’ici 2035. En valeur, cette demande s’élèvera à 170 milliards USD, prix catalogue. Soit un montant moyen de 150 milliard par avion. Avec, à l’horizon 2035, une flotte globale qui aura doublé en volume, passant de 690 appareils en service à fin 2015 à 1 460 à fin 2035.

Les 1 150 livraisons annoncées par les prévisionnistes de Boeing serviront à remplacer progressivement une partie du parc actuel et à répondre à une croissance du trafic aérien dont le taux annuel est évalué à 6,1 % sur la période considérée. Selon l’étude de Boeing, la plus forte croissance se fera sur le marché intra-africain même si le segment Afrique-Moyen Orient est actuellement en forte progression en raison de l’offre en sièges des trois transporteurs du Golfe.

Ce qui explique que les moyen-courriers représenteront l’essentiel des livraisons annoncées, soit 810 appareils ou 70 % du total des 1 150 avions nouveaux. Du coup, le nombre de moyen-courriers en exploitation fera plus que doubler, passant de 430 avions à un peu plus de 1 000 en 2035.

Le développement des liaisons avec le Moyen Orient mais aussi avec l’Europe qui restera le premier marché se traduira par une demande pour 300 gros-porteurs dont 240 appareils de type 787 et qui seront au nombre de 300. L’étude de Boeing ne prévoit aucune livraison de très gros-porteurs de type 747-8 ou A380.

Même la part des gros-porteurs de type Boeing 777 dans les flottes actuelles va se réduire d’ici à 2035 au profit d’appareils de moindre capacité. Enfin, la croissance du parc de moyen-courriers se fera au détriment des jets régionaux qui ne représenteront plus que 4 % de la flotte globale en 2035 alors qu’elle est de 16 % actuellement, toujours selon l’étude de Boeing.

Yann Cochennec

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici