[Africa Diligence] Le Cameroun est une Afrique en miniature a-t-on l’habitude de dire. Cela laisse apparaitre la diversité non seulement culturelle mais surtout économique dont jouit le pays. Une véritable terre d’attraction qui ne saurait laisser indifférent les investisseurs en quête de meilleures opportunités pour leur business.

L’image que propose du Cameroun un certain nombre d’activistes sur la plupart des plateformes numériques est bien différente de la réalité qu’elle reflète. Tout et son contraire est dit, suivant les « bonnes raisons » de chacun, mais jamais en toute bonne foi. À cela s’ajoute le fait que notre monde numérique accorde un rôle croissant à la médiatisation sensationnelle aux dépens de la prise en compte des chiffres et des faits établis. Il convient d’obtenir une juste représentation du Cameroun en rassemblant l’ensemble des faits et des données qui contrastent avec ces lieux communs. Voici une fiche sur les raisons d’investir au Cameroun, fiche proposée par le Centre de Commerce Extérieur et des Relations Extérieures.

Les principaux atouts de l’économie camerounaise sont :

  • Une longue période de stabilité politique sous le régime en place
  • Une main d’œuvre bon marché
  • Des ressources naturelles abondantes (agricoles, pétrolières et minières)
  • Une économie diversifiée à l’export (pétrole, minier, agriculture, etc.)
  • De nombreux projets de modernisation des infrastructures en cours permis notamment par les prêts du FMI
  • Une stabilité monétaire du fait de son appartenance à la zone du Franc CFA.
  • Une absence de pression fiscale sur le secteur privé
  • Les effets et l’impact décisifs de la politique de lutte contre la corruption
  • L’absence de risque de tensions politiques en raison de la résilience et de la stabilité des institutions
  • La liberté d’établissement, puisqu’au Cameroun l’accès à la profession de commerçant est libre.

Aussi pouvons-nous citer l’existence d’une réglementation concernant les prises de participation, qui renseigne que les étrangers peuvent être propriétaires à 100% d’une entreprise.

Vous disposerez aussi d’une structure sui generis pour vos investissements que représente l’Agence de Promotion des Investissements étrangers dans le pays, laquelle permet de s’informer sur les autorisations nécessaires à l’implantation.

Toutefois, le postulant doit satisfaire, suivant le cas, aux conditions suivantes :

  • être immatriculé soit au Registre du Commerce, soit au Répertoire communal ;
  • avoir fait une déclaration d’existence ;
  • détenir la carte professionnelle de commerçant ;
  • disposer de locaux et d’installations matérielles lorsqu’ils sont exigés ;
  • respecter les autres obligations professionnelles, notamment en matière fiscale ;
  • obtenir l’agrément préalable (pour les personnes de nationalité étrangère).

Des mesures prioritaires mises en place par le gouvernement afin de faciliter les investissements étrangers.

 Le gouvernement camerounais a ciblé certains secteurs comme prioritaires pour l’investissement : les transports, l’agro-industrie, le tourisme et le développement rural. Afin d’attirer davantage les investisseurs, des programmes d’envergure sont en train d’être mis en œuvre par les pouvoirs publics, avec l’appui des bailleurs de fonds, pour améliorer le rendu de la justice, accroître l’offre de l’énergie, renforcer l’information économique, simplifier les procédures, accompagner les entreprises, assurer la protection de l’espace économique face aux menaces illicites. Le Cameroun dispose également de zones franches dans lesquelles peuvent s’installer toutes les entreprises à vocation exportatrice, c’est à dire produisant des biens et services destinés exclusivement à l’exportation. Les avantages sont nombreux pour l’entreprise : exonération de toute licence, autorisation ou limitation de quotas à l’export comme à l’import, possibilité d’ouvrir des comptes en devises étrangères, absence de restriction sur les opérations de vente, d’achat de devises étrangères, droit de transfert vers l’étranger des bénéfices réalisés (cependant 25% doivent être réinvestis au Cameroun), exonération d’impôts et de taxes sur une période de 10 ans à partir du début des activités, imposition à un taux global de 15% sur les bénéfices à partir de la 11ème année.

Des opportunités et niches d’investissement

Nous suggérons d’autres pistes d’investissement au Cameroun, en complément de l’effectif et de la batterie des mesures gouvernementales. Il s’agit entre autres :

Du secteur des hydrocarbures

Cela se justifie par le fait que la production pétrolière du Cameroun en 2017 (autour de 28 millions de barils) a augmenté d’environ 12%, par rapport à celle de 2016. Cette hausse s’explique par la mise en exploitation de trois nouveaux champs pétroliers, de même que par l’augmentation de la production du champ on-shore Dissoni. A moyen terme, cette performance pourrait plus que doubler grâce à l’exploitation de nouveaux gisements pétroliers. Ce qui rendrait encore plus attractif le secteur des hydrocarbures au Cameroun, qui justifie en plus d’une production de gaz naturel en croissance constante. D’importants gisements ont d’ailleurs été identifiés dans les bassins de Kribi, Douala et Rio Del Rey. Leur mise en valeur viendra alimenter un plan stratégique de développement gazier, donc les prémices vont servir à la production électrique, mais aussi au développement des industries.

Le secteur de l’Energie

 L’entrée en vigueur de la loi de novembre 2011 régissant le secteur de l’électricité au Cameroun ouvre toujours des opportunités accessibles à un plus grand nombre d’investisseurs. Les ressources pour attirer les investisseurs ne manquent pas.  Le Cameroun dispose d’importantes ressources pour le développement de l’hydroélectricité. Son potentiel hydroélectrique économiquement exploitable est estimé à environ 115 milliards de Kwh. A cela il faut ajouter le potentiel gazier, de même que la possibilité de développer des énergies renouvelables, grâce à la force éolienne, à la biomasse et à bien d’autres ressources naturelles.

Le Cameroun, un scandale minier, une bénédiction en gisements de la nature
Loin de l’anecdote, tous les chercheurs et spécialistes du domaine des mines s’accordent à donner ce statut au Cameroun. Le potentiel minier du pays justifie fort à raison cet enthousiasme. 35 zones minières sont en effet répertoriées dans sept des dix régions du pays. Offrant une palette complète de minerais, allant du fer au diamant, en passant par l’or, le nickel, le manganèse, l’uranium, le rutile, le calcaire ,etc. selon les estimations, au moins 52 types de ressources minérales ou cibles minières, avec niveau de connaissances permettant de les classer, sont identifiés au Cameroun. Certaines de ces ressources font déjà l’objet de permis d’exploitation, d’autre attendent d’être mises en valeur. Les flux d’IDE vers le Cameroun, traditionnellement bas par rapport au potentiel de son économie, ont encore diminué en 2016, atteignant seulement USD 128 millions, contre USD 627 millions en 2015 et USD 726 millions en 2014 (CNUCED, 2017). Par conséquent, les stocks nets d’IDE représentent un pourcentage modeste du PIB (7% en 2016). La plupart des IDE proviennent de l’Union européenne, en particulier de la France et de l’Allemagne, et ciblent l’industrie minière, y compris l’extraction pétrolière. L’économie du Cameroun a le potentiel de devenir l’un des plus prospères et des mieux placés pour recevoir des investissements directs étrangers dans l’économie africaine. Il est donc urgent que les IDE se bousculent, puisque le pays a depuis 2014 avec brio intégré l’Initiative ITIE.

Les grands projets et les avantages d’une économie du Football

Le Cameroun doit attirer des investisseurs étrangers pour financer ses futurs projets de développement d’infrastructures et notamment d’exploitation du gaz. Les grandes entreprises françaises sont bien placées dans ces secteurs en développement. Dans le cadre de son intérêt croissant pour l’Afrique, la Chine investit régulièrement au Cameroun (avec des investissements directs et indirects totaux chinois de 2,43 milliards de dollars en 2016 selon le ministère camerounais de l’Économie), permettant la construction du port et du complexe industriel de Kribi. Des nombreux barrages hydroélectriques et de nouveaux stades de football à la lumière de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 accueilli par le pays vont également permettre de grandes opportunités dans le pays.

Le vaste champ d’opportunités consécutives à la signature des APE

Il est indubitable que l’APE intérimaire du fait de son caractère essentiellement libéral et novateur, a des incidences sur le développement du Cameroun et ouvre la boite de pandore de nouveaux investissements directs étrangers. De ce fait, l’APE est un régime commercial dont les vertus ou les aléas sont fonction de la capacité de chaque pays à s’arrimer à ses exigences pour capitaliser les opportunités qu’il offre. Il ne doit pas être diabolisé de façon intégrale dans la mesure où un pays qui présente des indicateurs macroéconomiques satisfaisants va appliquer avantageusement les APE tandis qu’un pays dont le tissu économique est fragile va subir l’effet inverse. Loin d’adopter une lecture pessimiste des APE, il faut tout au moins reconnaitre que ces répercussions peuvent se catégoriser en termes d’opportunités pour le Cameroun et pour les investisseurs européens au Cameroun. L’APE regorge de nombreux avantages que le Cameroun a saisis pour booster son développement socio-économique. Ces bénéfices sont visibles à court et à moyen terme. A cet effet, l’impact positif de l’APE intérimaire est perçu en terme d’accroissement des exportations du Cameroun d’une part, et en terme d’amélioration du bien-être des consommateurs d’autre part.

De façon concomitante, la libéralisation commerciale permet une réduction des coûts des échanges et constitue une aubaine pour les entreprises camerounaises et étrangères dont 50% des importations en provenance de l’UE sont des biens d’équipements ou des intrants intermédiaires. Aussi, l’élimination des droits de douanes sur les importations des équipements industriels en provenance de l’UE a permis de réduire non seulement les coûts de production, mais aussi d’améliorer de manière substantielle, les technologies locales, la rentabilité et la compétitivité des entreprises locales fortement utilisatrices des biens d’équipement et des biens intermédiaires. En outre, l’accès à un vaste marché comme celui de l’UE offre des opportunités d’économie d’échelle et agit positivement sur la croissance économique ainsi que sur les exportations des biens et des services.

Le Cameroun une bonne destination pour les affaires, et un bon risque pour investir en toute sécurité grâce à l’appui du Centre de Commerce Extérieur et des Relations Extérieures  www.ccere-cameroun.com

La Rédaction (avec Ibrahim Zakari)

Dans le même ordre d’idées, lire :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici